I woke up in motion

Cirque, image, musique

Vasil Tasevski

ff tempo

 

I woke up in motion est un projet de création mouvant, protéiforme qui explore en profondeur la thématique de l’errance. Tout en cheminant vers la création d’une pièce de cirque d’1h (prévue pour fin 2018), Vasil Tasevski dévoile ce cheminement, exprimant ainsi la quête de liberté qui anime sa recherche artistique. Il entremêle plusieurs disciplines– vidéo, acrobatie, manipulation d’objets, scénographie, travail de la lumière – et crée des objets spectaculaires atypiques, émouvants et poétiques. Transgresssant les codes de la représentation, I woke up in motion se décline, à travers des œuvres qui s’inscrivent chacune singulièrement dans un espace, questionnant les notions de frontière et de lieu. Performances in situ installations, toutes font trace d’un processus de création qui prend sens au moment de la rencontre avec le public, dans l’instant.

img_4194

NOTE D’INTENTION

Parti avec un but en tête, il n’en finit pas de migrer, plus il avance, plus la route s’étire. Le temps s’étend, le présent se dissocie peu à peu du but, et le but s’éloigne. Alors, le présent envahit tout.

Il part, et ça fait dix ans qu’il n’arrive pas à arriver. Sa vie s’efface.

Ce cheminement provoque le vertige. Que se passe-t-il entre le point de départ et le point d’arrivée ? Peut-on s’évader, rêver d’un autre chemin ? C’est quoi « être vivant », lorsqu’on erre à l’infini? Finit-on par perdre son identité ?

 La question de l’identité est centrale: comment construire sa vie et sur quoi s’appuyer, lorsqu’on est toujours en mouvement ? Quelles sont les rencontres qui nous aident à nous définir, en tant qu’individu ? Que laisse-t-on de côté, en chemin ?

i woke up in motion

PROCESSUS DE CREATION

Le chemin de création se construit en deux temps.

Sources d’inspiration. Pour la création du spectacle ISSUE01 (2012/ création avec le Collectif Porte 27), Vasil Tasevski a passé du temps avec des migrants et partagé leurs histoires, leurs vécus.

Ces rencontres ont donné lieu à l’écriture de textes, à un travail photographique et sonore, traces de ces moments. Elles sont une source d’inspiration pour ce nouveau travail.

Un premier temps : le processus de création.  Des laboratoires de recherche avec d’autres artistes (circassiens, musiciens, créateurs lumières, plasticiens, vidéastes…) seront mis en place afin d’explorer et d’approfondir les thématiques du projet. Dans un espace défini, « le chemin », les artistes invités travailleront avec des objets, des textes et des dispositifs scénographiques préparés en amont par Vasil Tasevski. Chaque laboratoire sera un espace d’improvisation, d’expérimentation, de jeu et d’écriture. Au centre du travail la notion de déplacement, dans le temps, dans l’espace, le travail du corps, poussé dans ses extrêmes retranchements : travail sur l’accumulation, la répétition, la folie.

Un deuxième temps : la création d’un spectacle d’1h – pluridisciplinaire: acrobatie, danse, manipulation d’objets, projections vidéo, lumières, musique.

Capture d’écran 2016-03-14 à 11.55.56

LE SPECTACLE

 I woke up in motion est un spectacle qui donne à voir le cheminement d’un homme en perpétuel mouvement. Irrésistiblement attiré par une issue pourtant incertaine, il ne cesse d’avancer, tantôt en proie à l’angoisse, tantôt submergé par de soudaines bouffées de joie et d’espoir. Il tourne, bondit, se retourne, s’élance, plonge en lui-même, ralentit, accélère, se perd, se retrouve, tourbillonne, marmonne, enfile mille vestes, broie ses souvenirs, se tend vers son but, s’étale, vaincu, se relève, blême, s’arme de courage, vainqueur, cache ses pleurs, ne les cache plus, rit, se dégage du passé et va de l’avant, leste, toujours en vie.

INDICATIONS SCENOGRAPHIQUES/ ECRITURE

I woke up in motion est une tentative de répondre à cette question : comment rendre palpable, réel, le sentiment d’errance, sentiment indissociable du désir d’un ailleurs et d’une confrontation à un présent, à laquelle on n’échappe finalement jamais?

 L’espace, le travail du corps, le rapport aux objets, le traitement de l’image et la musique sont au service du propos artistique : ne pas retranscrire telle quelle une « histoire vraie », mais faire ressentir les états traversés par les migrants, en provoquant l’imaginaire du spectateur et en convoquant directement sa sensibilité.

Ainsi l’espace sera traité dans sa profondeur, permettant de rendre compte d’un rapport au temps qui s’inscrit dans la durée, de façon vertigineuse. En effet, l’errance distord le temps et provoque une perte des repères spatio-temporels. Au sol, l’espace du « chemin », long et étroit couloir, s’étire vers le fond de scène et se prolonge à la verticale, au mur, par la projection d’un autre couloir, en miroir.

P1490693tv(

Le cirque permet une approche très physique du mouvement, à travers la mise à l’épreuve du corps, qui alterne entre états d’épuisement total et moments d’excitation. Le corps, déformé par l’errance, est un corps sans cesse déplacé, excentré. Il subit des transformations et témoigne du passage du temps. Affecté, il devient lui-même vecteur d’émotions et d’identification pour le spectateur.

La manipulation d’objets est une technique qui fait naitre de nombreuses images, chargées, fortes, symboliquement et émotionnellement : jongler avec des vestes par centaines, faire tournoyer des roues de vélo, ou tournoyer soi-même dans une grande roue (la « topka », agrès de cirque inventé par Vasil Tasevski), autant d’évocations de la multitude, de la foule, de la cavalcade effrénée sur les routes, mais aussi de sentiments comme la solitude, l’enfermement, le dépassement de soi.

1452289_10152094315303524_1477523078_n

La musique donne la sensation physique de la liberté, créant un espace possible d’évasion et nourrissant le désir d’envol.

Le travail a commencé et se poursuivra avec une équipe de musiciens qui pratiquent l’improvisation et aiment confronter leurs différents styles musicaux (free jazz, pop-rock, classique).

Les musiciens s’inspirent des images et des corps en mouvement. A l’écoute, véritables forces de proposition, ils deviennent à leur tour source d’inspiration pour l’artiste sur scène. Ce dialogue entre la musique et les corps en mouvement est la base de travail pour la composition musicale du spectacle en devenir.

IMG_8836

L’image est reliée au temps : au temps présent, celui de l’errance, mais aussi au passé, par le biais d’images projetées fonctionnant comme des souvenirs.

Le traitement de l’image fait perdre la notion du temps et crée une confusion des sens. Projection d’images et temps de la représentation se mêlent, sollicitant de manière intime la perception du spectateur. A travers une mise en jeu des sensations visuelles, il s’agit de partager l’univers intime, le cheminement d’un migrant. Sans cesse en mouvement, continuellement traversé par des images et traversant lui-même d’innombrables paysages, il erre entre rêve, réalité, irréalité.

Les images projetées, fixes ou en mouvement, représentent une nature abstraite : reflets d’eau, jeux de lumières, traversées de paysages, éblouissements. Des images d’ombres et de silhouettes sont également projetées.

Ces projections prolongent l’action au plateau, semant un trouble, provoquant des sensations de confusion, de perte, d’évanouissement.

Toutes les images d’I woke up in motion proviennent des carnets d’images constitués par Vasil Tasevski. Il s’agit de suites photographiques argentiques et d’images numériques réalisées ces dernières années, véritables « herbiers » d’une recherche sur l’image en mouvement, la lumière et le passage du temps. Cette recherche, qui s’inscrit conciemment dans le champ de l’art contemporain, relève à la fois du domaine de la performance et de l’installation.

DISTRIBUTION

 Images, écriture et interprétation

Vasil Tasevski

Lumières

Elsa Revol

Musique

Alexis Auffray, Ljubomir Angelov, Darko Tasevski et Lawrence Williams

(distribution encore en cours)

Aide à l’écriture

Marion Collé

Styliste plasticienne

Aurore Thibout

Administration

Anne Delépine

Recherche de residences en cours juillet et août 2017 + juillet, août et septembre 2018

PREMIERES ENVISAGEES fin 2018/ début 2019

Production en cours, recherche de résidences, soutiens et coproductions/ recherche de dates de premières

Contact: 06 18 34 89 81 – porte27.asso@gmail.com  – ©Vasil Tasevski/Porte27

La video

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :