Les frontières de la couleur

L’installation photographique « Les frontières de la couleur » rassemble des oeuvres qui brouillent volontairement la frontière entre espace réel et espace imaginaire. En jouant de la surimpression de photographies et de dessins, Vasil Tasevski cherche à traduire quelque chose de l’ordre de l’émotion de la couleur. La couleur envahit tout, jusqu’à devenir un espace en elle-même, un onirisme.

Le dispositif est composé de 5 vidéoprojecteurs et de 14 photographies, format 1m x 1m20. Les photographies résultent du mélange de négatifs et de dessins miniatures réalisés à l’encre. Encadrées, accrochées aux murs, les photographies sont mises en lumières par la vidéo-projection au cours de l’exposition. Les images projetées sont également des dessins qui viennent se superposer aux photographies, accentuant ainsi le trouble entre espace réel, image ressentie et perception de la couleur et de ses limites.

Né en Macédoine en 1984, Vasil Tasevski a quitté son pays à l’âge de vingt ans. Il a construit son identité au fil des rencontres, des expériences et des frontières traversées. Sa recherche photographique est en résonance avec son parcours personnel : très prolifique, il photographie sans cesse non pour figer l’instant mais pour en exprimer l’intensité. Passionné par la couleur, il utilise la photographie à la fois comme un outil d’exploration intime et un espace de représentation possible d’un rapport au monde radicalement sensible. Ainsi, il mêle volontiers l’installation et la performance. Au cours de son cursus au Fresnoy, il a notamment conçu l’oeuvre « Mémoire d’un vol ». Laboratoire photographique à taille humaine, cette installation-performance permet au spectateur de vivre l’expérience d’un développement d’une image grand format en temps réel. Ses images témoignent d’une intime quête de liberté. Elles donnent à voir la trajectoire mouvante d’un être qui récolte les sensations comme des pierres précieuses et dessinent une cartographie où l’errance est synonyme d’émancipation et de recommencement. Tout compte, se complète et se superpose. L’infiniment grand répond à l’infiniment petit et chaque photographie dévoile un espace-temps complexe, exponentiel, jusque dans ses moindres brèches, reflets, éclats.

De Vasil Tasevski

Texte  Marion Collé 

Administration Anne Delépine

Production Marie Pluchart – Triptyque Production

Construction cadres Dadou Edel

Production Collectif Porte27

Coproductions Manège, scène nationale – Reims / Le Nouveau Relax, scène conventionnée de Chaumont  

Ces tirages ont été réalisés avec l’aide du Fresnoy, Studio national des arts contemporains au sein de son laboratoire photographique 

Remerciements La famille Renault / Centre culturel numérique Saint-Exupéry / Césaré, Centre national de création musicale / tout l’équipe du Manège, scène national – Reims