HOMÉCOURT

Le Collectif Porte27 s’associe avec Cirk’Eole (Montigny-les-Metz) et le Centre CULTUREL Pablo Picasso (Homécourt) pour les trois prochaines saisons (2019-2022).

15.10.2019

Le café de l’industrie

En cherchant des choses sur la ville d’Homécourt sur internet, nous étions tombés sur la photo d’une ancienne carte postale du « café de l’industrie ».

Aujourd’hui, Vasil a retrouvé le café. Il est muré. Fermé. Un grand panneau publicitaire orne sa façade.

Mais pour nous, il est vivant, ouvert, il est toujours là, ce bâtiment. Ce sera notre point de départ. Pour plonger dans le passé. Pour arpenter et et remonter dans le temps.

Ici, aujourd’hui, à la croisée des chemins. Entre le centre ville et les quartiers mystérieusement nommés « la petite et la grande fin ». Nous plongeons dans l’histoire industrielle du bassin lorrain.

Au même instant, la pluie s’en mêle et la grisaille des ruelles ruisselle, comme une petite bénédiction.

Il y a, juste à la lisière du présent, un petit air de noir et blanc.

14.10 2019

L’arrivée (le jour où tout commence…)

Nous sommes arrivés dimanche soir. Notre petite twingo zigzague dans les ruelles d’Homécourt, il fait encore jour et Aurélia nous retrouve sur le parking du Centre Pablo Picasso pour nous conduire jusqu’à Joeuf. C’est là, derrière la médiathèque, juste après le petit pont traversant l’Orne que nous serons logés, au dernier étage d’un grand bâtiment qui abrite aussi une pépinière d’entreprises. Joeuf est la ville voisine d’Homécourt. Elles sont comme deux sœurs, à la fois proches et dissemblables. Il y a une résonance commune, des façades qui se répondent, un air de famille.

La résidence commence. Nous accompagnons notre fils à l’école Henri Barbusse où il est inscrit pour la semaine. Nous rencontrons Madame Haussard qui sera son institutrice. Nous croisons des enfants, leurs parents, il fait très beau. Nous installons notre « QG » dans une loge du Centre Pablo Picasso.

Je pense au peintre espagnol qui disait que tout l’intérêt de l’art se trouvait dans le commencement.

Alors nous partons à la découverte de la ville, et de ses habitants. 

Reportage sur la sidérurgie Lorraine/ archive INA